Entretien

Christelle Lechevalier : « Nous avons de moins en moins de moyens pour nos retraités et nous accueillons des clandestins… »


Député européen FN

 

Dans le Calvados, un EHPAD désaffecté a été réaménagé pour accueillir des migrants.

Une démarche particulièrement choquante pour le député européen Christelle Lechevalier : on accueille de nombreux clandestins alors qu’il y a de moins en moins de moyens pour les personnes âgées.

Christelle Lechevalier, vous aviez alerté l’opinion lors du réaménagement d’un EHPAD dans le Calvados en centre d’accueil de migrants. Pouvez-vous nous expliquer pourquoi cette décision ne vous a pas plu ?

Nous constatons aujourd’hui que des clandestins arrivent en grand nombre dans notre ruralité. Et nous les accueillons dans des centres (en l’occurrence ici il s’agit d’un ancien EHPAD) alors que nous avons de moins en moins de moyens pour nos retraités et nos personnes âgées. Je trouve cela un peu scandaleux !
L’État vient d’augmenter aujourd’hui le budget qu’il alloue aux EHPAD, 100 millions via la Sécurité sociale et 50 millions que Macron promet. Cela fait quand même un budget de 7,9 milliards par an. Ces 150 millions équivalent à 7.000 euros par établissement, pour des anciens qui, je le rappelle, ont contribué à construire ce pays et les ont quand même financés par leurs impôts.
Or cette aide, au final assez minime, masque deux choses. La première, le ministre de la Santé a confirmé la réforme du financement des maisons médicalisées qui risque d’amputer environ 200 millions d’euros pour certains EHPAD publics. La seconde, le gouvernement Macron a frappé de plein fouet nos retraités avec la hausse de la CSG.

Difficile de parler de l’action du Front national au parlement européen sans évoquer la disparition de votre collègue et chef du groupe Front national, Édouard Ferrand.
Quel souvenir garderez-vous de lui  ?

Je garderai de lui le souvenir d’un homme de grande valeur. Il symbolisait l’engagement militant et la fidélité au mouvement Front national. C’est quelqu’un qui représentait une France vraiment enracinée. Il défendait nos terroirs, notre culture, nos traditions et surtout notre identité. Il avait de grandes valeurs concernant la famille. C’était un chrétien qui protégeait véritablement nos racines chrétiennes.
C’est quelqu’un qui m’a accueillie lorsque je suis arrivée au Parlement comme personne ne l’aurait fait. C’était un chef de délégation unique en son genre, très respectueux et bien évidemment très respectable. Son départ nous attriste tous.

Le choix de la tête de liste fait débat en interne. Comment voyez-vous la future liste du Front national aux Européennes ?

La future liste sera nationale et non plus par circonscription comme au préalable. Heureusement, elle ne sera pas supranationale.
Concernant la tête de liste, je pense qu’il faut que ce soit quelqu’un du Front national. Les scores du Front national réalisés dernièrement nous prouvent que nous avons un électorat fidèle derrière nous. Il faut que ce soit une personne qui puisse rassembler Les Républicains. Nous partageons des valeurs avec Les Républicains qu’il ne faut pas oublier.
Personnellement, la personne qui me vient immédiatement en tête serait notre coprésident, Nicolas Bay. Il aurait toute légitimité à être notre tête de liste. Il est très professionnel, diplomate et accomplit un excellent travail de coprésident. Il incarne la volonté d’une politique altereuropéenne et il est très médiatisé actuellement.
Marine Le Pen ne peut évidemment pas être en tête de liste puisqu’elle est députée française. C’est donc notre coprésident qui me vient immédiatement à l’esprit.

Député européen FN

Cet article a été lu 12592 fois
Cette statistique n'est pas mise à jour en temps réel