Entretien - Islamisation

Clément Armato : « Le syndicat étudiant UNEF confirme sa dérive islamo-gauchiste! »


Porte-Parole de l'UNI

 

Les universités françaises vivent un printemps agité : blocages, étudiants empêchés de passer leurs examens et retour en force des étudiants musulmans aux élections universitaires. Une présidente de l’UNEF, en s’affichant voilée dans un reportage, crée la polémique ; on a même vu un député de La France insoumise insulter des étudiants qui souhaitaient passer leurs examens.
Clément Armato, porte parole de l’UNI (Union nationale inter-universitaire), commente ces événements au micro de Boulevard Voltaire.

Maryam Pougetoux, présidente de l’UNEF de Paris IV, est apparue voilée à l’écran.
L’UNEF est-elle moins laïque que ce qu’elle voudrait prétendre ?

On voit bien que l’UNEF a abandonné son combat idéologique. À une certaine époque, l’UNEF était laïcarde et refusait toute forme de religion. Encore en 2013, le président de l’UNEF annonçait dans les médias qu’il était contre le port du voile à l’université.
On constate depuis deux ou trois années un revirement au sein de l’UNEF avec une prise en compte notamment de la défense de l’islam et du port du voile au sein de l’université. Ils ont d’ailleurs fait des alliances à plusieurs reprises avec les étudiants musulmans de France (EMF).

Depuis quelques années, le terme islamo gauchistes apparaît à droite et traduit une certaine collision entre les milieux islamistes et une certaine partie de la gauche.
L’UNEF nage-t-elle en plein dans ce milieu ?

A priori, oui. Ils confirment leurs dérives vers La France Insoumise. C’était eux qui à l’origine étaient qualifiés d’islamo gauchistes. L’UNEF est en train de devenir islamo gauchiste.
Au-delà de ce côté islamo gauchiste, ils sont simplement en train de faire renaître un racisme au sein même de l’UNEF en organisant des réunions racisées, en séparant les gens par couleur et par origine au sein même de leur syndicat.

Pourquoi cette Maryam est-elle à l’UNEF alors que les musulmans s’affirment comme force politique indépendante dans les universités et sont d’ailleurs arrivés deuxièmes aux élections à Orléans il y a quelques semaines ?

Cela faisait une dizaine d’années que les étudiants musulmans de France avaient disparu des campus. Cette année, ils font un retour en force sur plusieurs universités comme Lille, Limoges, Orléans et Reims avec des élus étudiants.
Les endroits où il y a des listes étudiants musulmans de France sont ceux où ils n’ont pas réussi à se mettre d’accord avec l’UNEF. En revanche, dans d’autres universités comme Lyon et Caen, l’UNEF s’est mis d’accord avec les EMF en faisant liste commune.

L’UNEF considère-t-elle que l’islam est un facteur d’enrichissement pour les idées et que l’extrême gauche et l’islam devaient faire cause commune ?

L’UNEF est totalement perdue idéologiquement. Ils sont empêtrés par leurs problèmes de purge pour virer ceux qui veulent passer à La France Insoumise. Ils doivent aussi régler leurs problèmes de viols et de positionnement vis-à-vis de l’islam et du terrorisme.
Ils préfèrent parfois faire passer en priorité leurs intérêts électoralistes, puisqu’ils sont en difficulté sur le terrain universitaire. Ils perdent tous les jours du terrain, des élections et des élus. Ils essaient de reconquérir ou de conquérir un électorat qui pourrait leur apporter ces voix qui manquent.

Cela fait quelques mois que le milieu universitaire est en ébullition. Assiste-t-on à une mobilisation exceptionnelle ?

Ce ne sont que des actions assez marginales. Quatre universités bloquées au plus fort de la mobilisation et quelques facs perturbées. Pour mémoire, au plus fort de la loi LRU il y a quelques années, pas moins d’une cinquantaine d’universités étaient totalement bloquées.
Il y a eu beaucoup de battages médiatiques autour de ces quelques blocages, mais c’était ultra minoritaire et leur mouvement n’a pas pris. Les lycéens ne se sont pas mobilisés parce qu’ils sont en majorité pour une sélection à l’entrée de l’université. Ce mouvement est aujourd’hui en train de se terminer, c’est pourquoi ils essaient d’en empêchant les étudiants d’aller passer leurs partiels.

Une vidéo, qui a fait le tour du web, a montré comment à Arcueil, dans un centre d’examen, des étudiants ont été copieusement insultés alors qu’ils tentaient de passer leurs examens. Est-ce une première ?

Si ce n’est pas la première fois, en tout cas ça fait longtemps que cela n’était pas arrivé de voir ainsi des bloqueurs carrément insulter et cracher sur les étudiants qui allaient passer leurs partiels. C’est une scène totalement hallucinante.
Ces bloqueurs ne défendent finalement plus ces étudiants qu’ils prétendent défendre. Ils ne les défendaient déjà pas, mais là des sommets sont atteints.
Le pire a été de voir un député de La France Insoumise, avec son écharpe autour du cou, aller invectiver les bloqueurs et prendre la tête de ce cortège pour aller insulter les étudiants qui allaient passer leurs partiels. C’est tout simplement honteux et indigne d’un député.

Porte-Parole de l'UNI

Cet article a été lu 5243 fois
Cette statistique n'est pas mise à jour en temps réel