Les déclarations d’Emmanuel Macron ont fortement dérangé l’opinion italienne

Le journaliste italien Matteo Gaduelo revient sur la crise qui déchire la France et l’Italie alors qu’Emmanuel Macron est sur le point de rencontrer Giuseppe Conte.

Nous sortons de plusieurs jours de crise entre la France et l’Italie au sujet du destin du bateau l’Aquarius. Comment la situation est-elle vécue en Italie ?

Les rapports entre l’Italie et la France sont perçus de façon assez tendue. Les déclarations faites par les différents représentants politiques, notamment par Macron via Benjamin Griveaux, ont dérangé les politiques, le gouvernement et l’opinion publique.

La décision de Matteo Salvini de refuser l’accueil de ce bateau a-t-elle été bien accueillie par la population italienne ?

Cette décision a été prise en cohérence avec les annonces faites en campagne électorale et les succès de la Ligue. C’est une conséquence de la prise de position de Matteo Salvini sur le sujet. Il avait été clair sur le fait que les navires et bateaux d’ONG battant des drapeaux non italiens ne se verraient pas octroyer l’accès aux ports italiens. Certains, à la marge, se sont indignés pour défendre la condition humaine de ces personnes. Mais les déclarations internationales sur ce sujet ont focalisé l’animosité et l’émotivité des Italiens qui supportent mal qu’on puisse dicter de l’étranger l’attitude que devrait avoir l’Italie.

En Italie, un juge a été spécialement désigné pour enquêter sur les origines des ONG et sur leur financement. Pour quelle raison la Justice italienne s’intéresse-t-elle à ce sujet ?

Comme pour le financement des lieux de culte par des pays étrangers, de la même façon ces ONG étrangères reçoivent des financements de l’étranger. Dire que c’est pour favoriser l’immigration est peut-être trop fort, mais il s’agit au moins d’exercer des pressions politiques et médiatiques en faveur d’un accueil sans règle.

Savez-vous quel sujet le nouveau président du Conseil italien va amener sur la table vendredi, lors de son entretien avec Emmanuel Macron à Paris ?

Ces derniers jours, nous avons eu des changements de programme de la part de la diplomatie italienne en France. Le ministre des Finances a annoncé qu’il retirait son rendez-vous avec Bruno Lemaire. C’est pourtant un personnage avec un profil plutôt technique et pas du tout politique.
J’imagine donc que si le rendez-vous entre le président du Conseil et le Président Macron a lieu, ils aborderont en premier deux thèmes traités ces derniers mois. Le premier sera sans doute celui de l’immigration et de la gestion, par nos deux pays, de la frontière qui nous sépare. Ils aborderont ensuite, probablement, les questions économiques récentes, en l’occurrence, les activités du groupe Bolloré et des chantiers de Saint-Nazaire.

Après qu’Emmanuel Macron a accusé la politique italienne d’être irresponsable, le gouvernement italien a demandé des excuses officielles de la France. Cette escalade verbale pourrait-elle remettre en cause la coopération historique de nos deux pays ?

Certainement pas. La France et l’Italie sont beaucoup plus que leurs représentants politiques. Ce sont des partenaires économiques de longue date. Il y aura certainement de l’animosité due aux discussions des gouvernements et de leurs positions différentes d’un point de vue politique.
Nathalie Loiseau déclare que la France ne fera pas ses excuses. Nous attendons tout de même un geste de la part du Président Emmanuel Macron, surtout suite aux propos tenus par Gabriel Attal, le porte-parole de son parti politique.

Commentaires fermés sur Les déclarations d’Emmanuel Macron ont fortement dérangé l’opinion italienne

À lire aussi

Matteo Gaduelo : « Tous ces migrants de Calabre sont exploités par un réseau de criminels locaux et africains »

Imprimer ou envoyer par courriel cet articleMatteo Gaduelo décrypte, au micro de Boulevard…