Livre

Le diable du ciel

de Laurent Obertone

Fonctionnaire international
 

Le 24 mars 2015, Andreas Lubitz fait son entrée « dans le top 5 des plus grands tueurs de masse de l’histoire ».

Ce jour-là, le copilote du vol 9525 de la Germanwings assassine froidement 149 hommes, femmes et enfants en crashant volontairement son Airbus dans les Alpes.
Skydevil – pseudo de Lubitz sur les réseaux sociaux – ne laisse aucun message pour expliquer son acte.

Laurent Obertone mène donc l’enquête et nous entraîne, au rythme d’un récit criminel haletant, dans la boîte noire du vol 9525 et dans la tête du « diable du ciel »

Ce voyage au bout de la folie, c’est celui d’un homme inadapté « au monde affreux des adultes et des responsabilités », hanté par des perspectives de déchéance personnelle et professionnelle.

Comme suicidé et comme criminel, Lubitz incarnera une double sécession de l’ordre normal du monde et de son système de management du cheptel humain.
Pour lui, finir dans un hôpital psychiatrique eût été « suivre à jamais les lignes que ce monde a tracées », les lignes d’un eugénisme social qu’annonçait il y a peu le film d’anticipation Bienvenue à Gattaca.

Dépressif, Lubitz craint de devenir aveugle ; il cache son état pour ne pas être déclaré inapte, comme le sont chaque année des milliers de pilotes : dans notre système de conditionnement participatif, l’homme domestiqué a une peur panique de perdre son rang.

Plus encore, le pilote de ligne a du prestige parce qu’il réalise la synthèse de compétences irremplaçables dans un monde liquide, dans un monde rempli de milliards d’êtres humains remplaçables.

Être pilote, c’est être reconnu : sous le masque social avantageux se dissimule aussi un refus d’obtempérer au déterminisme d’une vie cloisonnée et contrôlée.
Puisqu’il pensait ne plus pouvoir demeurer longtemps encore « l’homme indiscutable de son uniforme », Andreas Lubitz a préféré le quart d’heure de gloire « warholien » du criminel à la déchéance d’un retour à l’anonymat.

En tuant, Lubitz perpétue une existence hors normes par-delà la mort : il était une erreur de l’organisation sociale, il sera l’irruption du réel dans un monde de zombies.

Vous souhaitez lire ce livre ?
Cliquez ici !

POUR ALLER PLUS LOIN